Alors que le triumvirat Maurice Cohen (président), Roger Ricort (directeur sportif) et Frédéric Antonetti exprime une certaine lassitude face à l'absence de moyens et d'infrastructures et s'interroge sur sa poursuite à la tête du GYM, l'équipe azuréenne a quasiment assuré son maintien en retrouvant la saveur de la victoire au Ray. Elle n'avait plus gagné à domicile depuis le 17 janvier (victoire sur Auxerre 2-0).

Un résultat long à se dessiner dans un match très amical où la petite domination niçoise n'a guère inquiété Audard en première période. Dans le même temps, la meilleure maîtrise collective de Lorient, troisième équipe la plus efficace de Ligue 1 en déplacement, ne s'est traduite que par des frappes de Saïfi et Gameiro (44) renvoyées par Ospina.

L'entrée en jeu de Ben Saada (à la place de Mouloungui) a donné un peu de vivacité à Nice qui, en deux accélérations de son meilleur réalisateur Loïc Rémy, aux dépens de Jallet surpris, a fait la différence.

Après avoir été trop souvent hors jeu ou hors cadre avant la pause, l'international a pris de vitesse le défenseur lorientais sur une ouverture de Cid (58). Il l'a ensuite effacé dans un une-deux avec Ben Saada (60) pour tromper Audard et inscrire son quatrième but en trois journées, sa onzième réalisation au total.