Fin du règne de Lyon

4 mai 2009 - 10:07

Ligue 1 - La fin d'une époque

-Battu à Valenciennes (2-0), Lyon a tiré pour de bon un trait sur un 8e titre. Décevant en soi, cet échec est surtout catastrophique sur la forme. L'OL a touché le fond à Nungesser. Le ressort semble définitivement cassé. Il reste peu de temps pour recoller les morceaux et sauver ce qui peut l'être.

FOOTBALL Lyon Benzema - 0

Une page de l'histoire du Championnat de France s'est tournée samedi soir à Nungesser. Là où, décidément, les dynasties les plus solides semblent trépasser. C'est là qu'en 1993, sans le savoir, un soir de victoire pourtant, le début de la fin avait sonné pour l'Olympique de Marseille, dans les circonstances que l'on connaît. 16 ans plus tard, un autre Olympique s'est enterré pour de bon à Valenciennes. Pas de scandale ni d'affaire à l'horizon. Juste un effondrement sportif. Lyon, septuple champion de France en titre, a définitivement rendu sa couronne dans le Nord en s'inclinant tristement 2-0 face à VA. Une époque s'achève donc. Elle avait débuté le 4 mai 2002, date du premier sacre rhodanien, dans un Gerland en liesse après une victoire historique face à Lens.

Bien sûr, mathématiquement, rien n'est fait. Lyon était à six points du leader avant cette journée, il sera à sept longueurs à l'issue de ce 34e acte. Mais l'essentiel est ailleurs. Plus que les chiffres, c'est le comportement des Lyonnais à Nungesser qui permet d'entériner la perte de leur titre. Lyon a abdiqué. Que ce soit lors de la défaite à Bordeaux il y a 15 jours, ou du nul face à Paris la semaine dernière, l'OL avait, avec ses moyens du moment, tout tenté. Il avait souvent manqué de lucidité, parfois de réussite, mais l'équipe conservait une certaine substance. Samedi, il n'y avait plus rien, sinon un fantôme en face de Valenciennes. "J'ai l'habitude de toujours défendre les joueurs. Mais on a vu une équipe qui n'a pas su se révolter. Une victoire aurait permis de repartir d'un bon pied. On ne l'a pas fait parce que les joueurs n'ont pas été à la hauteur. Quand on joue à l'Olympique Lyonnais, on se doit de l'être", a tranché Jean-Michel Aulas.

Aulas: "J'espère que les joueurs sont inquiets"

Cette fois, le patron n'a pas stigmatisé l'arbitrage, rejetant clairement la responsabilité de l'échec sur ses joueurs. Parce qu'il fallait bien s'en prendre à une autre corporation, JMA en veut tout de même aujourd'hui à ses troupes d'avoir écouté les journalistes. Les joueurs sont les seuls responsables, mais ils étaient sous influence. Celle de la presse, fautive de les avoir égarés. Claude Puel, lui, reçoit l'absolution. En même temps, on voyait mal le président de l'OL remettre en cause son entraîneur, trois jours après avoir "remercié le ciel de l'avoir recruté." Alors, haro sur les joueurs et les journalistes. "On lit tellement de choses dans les journaux qu'à un moment donné, les joueurs ont tendance à s'éparpiller ou croire aussi que la responsabilité est ailleurs, assure-t-il. Quand on répète que c'est un problème d'organisation de club ou de coach, on donne aux joueurs la possibilité de s'évader."

Bien influençables, tout de même, ces Lyonnais. S'il suffit que ses joueurs lisent trois articles pour être aussi mauvais qu'ils l'ont été samedi soir, c'est que quelque chose ne tourne vraiment plus rond dans la maison OL. La mal est en fait beaucoup plus profond. Il va au-delà des joueurs eux-mêmes et englobe tout un environnement. Le groupe de Claude Puel a perdu tout fondement collectif et toute force de caractère. Sans ces deux éléments, le reste n'a plus d'importance. Lyon n'ira nulle part. Cris ne se voile pas la face. "Il ne s'est rien passé, soupire le capitaine brésilien, complètement dépassé à Nungesser. Ca a été catastrophique! Le foot, c'est collectif. Là, on n'arrive pas à jouer ensemble. On a des qualités. On dit toujours ça: on a du talent. Mais si on ne joue pas ensemble, on n'y arrive pas! Aujourd'hui, des équipes comme Marseille, Bordeaux, Barcelone font bloc tous ensemble. Nous nous n'arrivons pas à faire cela."

L'OL n'arrive plus à faire grand-chose en réalité. Dimanche soir, si le PSG bat Rennes au Parc, Lyon ne sera même plus sur le podium, hors des places qualificatives pour la Ligue des champions. Qualitativement, les Lyonnais sont rarement tombés aussi bas qu'à Valenciennes. Peuvent-ils retrouver une forme de vie pour sauver l'essentiel, à savoir la troisième place? "L'important , souligne Puel, c'est de retrouver une équipe." La rupture a été telle samedi, que l'ampleur de la tâche est colossale. La cote d'alerte est atteinte et Jean-Michel Aulas place chacun devant ses responsabilités. "J'espère que les joueurs sont inquiets de la production qu'ils ont livrée. Une remise en cause est nécessaire durant la semaine à venir pour repartir. Il y aura des matches qui seront excessivement importants pour la Ligue des champions". La vitesse à laquelle l'OL a chuté en un mois, passant de la 1re à la 4e place, donne le vertige. Lyon a la tête qui tourne. Mais ce n'est plus l'ivresse du pouvoir qui l'estourbit.

Laurent VERGNE / Eurosport

Commentaires

pierre alias choupy plus de 5 ans
dav24130 a répondu au sujet enfin plus de 5 ans
Tartuffe a répondu au sujet enfin plus de 5 ans
dav24130 a répondu au sujet enfin plus de 5 ans
romain rougier a répondu au sujet enfin plus de 5 ans
enfin plus de 5 ans
reglement et 2 autres plus de 5 ans
Nouvelle page et compositions plus de 5 ans
La force plus de 5 ans
site en maintenance plus de 5 ans
La force plus de 5 ans
classement buteur/passeur plus de 5 ans
le roi Lion a répondu au sujet salut a tous plus de 6 ans
salut a tous plus de 6 ans
we're back plus de 6 ans

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Supporter