Paris reste à quai

31 mai 2009 - 00:42

 Paris reste à quai

Eurosport - dim, 31 mai 00:10:00 2009

Tenu en échec à domicile par Monaco (0-0), lors de la 38e et dernière journée de L1, le PSG ne s'est pas qualifié pour l'Europa League. Le club de la capitale, sixième du classement, est devancé à la différence de buts par Toulouse, neutralisé par Lyon (0-0), et Lille, vainqueur de Nancy (3-2).

FOOTBALL 2008-2009 PSG-Monaco (Armand) - 0

PARIS SAINT-GERMAIN - MONACO: 0-0

Dimanche 15 mars 2009, Parc des Princes. Au coup d'envoi, le PSG est en passe de prendre la tête de la L1. Il lui faut pour cela venir à bout du grand rival marseillais. Quatre-vingt-dix minutes plus tard, l'OM repart avec un succès 3-1 de la capitale et Paris chute à la 3e place. Le début du déclin et la fin du rêve parisien de retrouver la Ligue des champions. Deux mois et demi plus tard, même lieu et nouvelle désillusion.

Avec des si, on mettrait Paris en bouteille, dit le dicton. Si le PSG n'avait pas perdu contre l'OM. Si le PSG n'avait pas annoncé si tôt le départ de Paul Le Guen et si le PSG n'avait pas perdu son buteur Guillaume Hoarau pour les derniers matches avant l'ultime journée, alors peut-être Paris serait en C1 voire champion. Mais dans la capitale, rien ne se passe jamais comme ailleurs. On ne saura jamais si l'incendie allumé par un entraîneur dépité et sur le départ a brulé les ailes de ses joueurs. Non, de l'aveu du fautif qui déclarait avant de jouer son va-tout face à une ASM démobilisée que le vestiaire n'était nullement perturbé par les propos acerbes de Le Guen à l'encontre d'Alain Roche, traité "d'incompétent et de médiocre".

Reste que sur le terrain, Landreau et les siens n'ont jamais montré une quelconque envie d'arracher ce ticket européen face à Monaco. Pour son dernier match à la barre, le tacticien breton avait choisi de laisser Hoarau sur le banc et de confier l'attaque au duo Kezman-Luyindula. Si le Serbe a peu pesé sur la défense adverse, l'ancien Marseillais a tout tenté pour déstabiliser une ligne arrière remaniée et rajeunie avec Mongongu et Nkoulou, 19 ans chacun. Le Congolais et le Camerounais ont, malgré leur manque d'expérience ensemble, parfaitement tenu la baraque, repoussant Luyindula et Giuly, parfois à la limite de la régularité. Mais ce sont surtout les approximations techniques qui ont coûté cher aux Parisiens, les privant de nombreuses opportunités dangereuses par l'accumulation de ballons perdus.

Un réveil trop tardif

En pole avant la dernière journée, titulaire de la 5e place avec deux points d'avance sur Lille et Rennes, Paris a rapidement su que la soirée serait difficile avec un LOSC qui menait déjà 2-0 au quart d'heure de jeu et s'emparait du siège pour l'Europa League à la différence de buts (+12 contre +11). Mais rien ne semblait inquiéter la bande à Rothen, apathique face à des joueurs du Rocher qui, comme bien souvent, entraient en douceur dans leur partie. Et c'est même le Colombien Pino qui se créait la meilleure occasion de la première période, obligeant Landreau à une intervention des deux poings (35e). Allégée de toute pression au terme d'une morne saison, l'ASM jouait libérée et, comme face à Bordeaux, se montrait d'autant plus dangereuse par l'entremise de Pino (49e) qui mettait la pression sur Traoré, tout près de dévier la balle dans son propre filet (59e). Mais le poteau venait à son secours avant que Landreau intervienne devant Meriem (64e).

Les entrées d'Hoarau et Pancrate apportaient du rythme, tout comme celle par la suite de Chantome. Mais bien trop tardivement pour que Paris dise oui à l'Europe. Et même si Nancy donnait un coup de pouce aux Franciliens, c'était à croire que le destin ne voulait pas basculer en faveur de joueurs qui prenaient conscience de la situation à dix minutes du coup de sifflet final. Hoarau réalisait un magnifique geste technique pour frapper... à côté (80e). Clément voyait son tir dévié par la défense (82e) avant que Makelele et Chantome n'allument la mèche à distance (84e). Ce dernier trouvait ensuite Ruffier (87e) tandis que la transversale sonnait le glas des espoirs parisiens en repoussant le tir d'Armand (90+1).

En deux mois, l'ange européen a délaissé les Parisiens, faisant oublier une saison qui aura été la meilleure depuis fort longtemps. Lille ayant réussi ce que le PSG n'aura pas su faire, à savoir s'imposer, l'Europa League débutera sans Paul Le Guen, parti et remplacé par Antoine Kombouaré, ni ses joueurs (6e au goal average) qui n'auront pas eu le temps de prendre goût aux virées européennes. Une page se tourne déjà après une saison qui fut longtemps celle de tous les espoirs.

Melinda DAVAN-SOULAS / Eurosport

Commentaires

pierre alias choupy plus de 5 ans
dav24130 a répondu au sujet enfin plus de 5 ans
Tartuffe a répondu au sujet enfin plus de 5 ans
dav24130 a répondu au sujet enfin plus de 5 ans
romain rougier a répondu au sujet enfin plus de 5 ans
enfin plus de 5 ans
reglement et 2 autres plus de 5 ans
Nouvelle page et compositions plus de 5 ans
La force plus de 5 ans
site en maintenance plus de 5 ans
La force plus de 5 ans
classement buteur/passeur plus de 5 ans
le roi Lion a répondu au sujet salut a tous plus de 6 ans
salut a tous plus de 6 ans
we're back plus de 6 ans

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Supporter